Les rites de la prière


namaz-men

namaz

Pour apprendre à faire la prière, il convient de s’aider de l’image ci-dessus (et des vidéos se trouvant à la fin de cet article) pour connaître les différentes positions. Pour prier il faut :

Lorsqu’un homme désire commencer sa prière, il sort les mains de ses manches, (fig 1) puis il les lève à hauteur des oreilles (fig 2) et prononce « Dieu est le plus Grand » (Allahu Akbar -الله أَكْبَر) sans allonger la lettre A du nom d’Allah tout en faisant l’intention d’accomplir la prière

Il prononce la tahrima, il place sans attendre la main droite sur la main gauche sous le nombril, (fig 3) et il introduit la prière par cette invocation : « Gloire à toi, ô mon Dieu et par Ta Louange, béni soit Ton Nom et exaltée Ta Grandeur, il n’est de Dieu que Toi ». ( Subhanak Allahumma wa Bihamdik wa Tabaraka-Smuk, wa Taâala Jadduk wa la Ilaha Ghayrok –  سبحانك اللهم و بحمدك، وتبارك اسمك، و تعالى جدك، ولا إله غيرك )

Ensuite l’imam (mais non pas celui qui prie derrière l’imâm) ou celui qui prie isolément lit à voix basse : « Je demande à Dieu de me préserver du diable maudit  » (A3udhubillahi Mina Shaytani Rajim – أعوذُ بِٱللَّهِ مِنَ ٱلشَّيۡطَٰنِ ٱلرَّجِيمِ)

Celui qui est arrivé en retard devra prononcer cette formule en rattrapant ce qu’il a manqué. Lors des prières des fêtes, il prononce cette formule arpès les takbir qui introduisent la prière.

Puis il prononce à voix basse ainsi qu’au début de chaque rak’a avant la Fatiha seulement mais non avant la sourate : « Au nom de dieu le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux » (Bismillahi Rahmani Rahim – بسم الله الرحمن الرحيم)

Puis il lit la Fâtiha et l’Imâm dit « amin » à voix basse (ainsi que ceux qui le suivent ) puis il lit 1 sourate ou 3 versets du Coran et dit ensuite « Dieu est le plus grand » (Allahu Akbar -الله أَكْبَر) en s’inclinant sans se précipiter et en prenant soin d’aligner la tête dans le prolongement du bassin (fig 4).

Il place alors ses mains sur les genoux, les doigts écartés et prononce 3 fois au minimum : « Gloire à mon Seigneur le Magnifique ou le Sublime » (Soubhana Rabbi al 3Adhîm –  سبحان ربي العظيم)

Puis il se relève sans précipitation (fig 4a) en disant : « Dieu entend celui qui Le loue, notre Seigneur, c’est à Toi que revient la louange » qu’il soit imâm ou qu’il prie seul (Sami3 Allah li man Hamidah – سمع الله لمن حمده)

Celui qui suit l’imâm se contente de dire : « Notre Seigneur, c’est à Toi que revient la louange (Rabbana Wa lakal hamd –  ربنا ولك الحمد)

Puis, il prononce à nouveau la formule : « Dieu est le plus grand » (Allahu Akbar -الله أَكْبَر) en se baissant sans précipitation pour se prosterner et pose ses genoux puis ses mains au sol, et enfin son front et son nez qu’il place entre ses mains (fig 5) et prononce au minimum 3 fois : « Gloire à mon Seigneur le Très -Haut » (Soubhana Rabbi al 3Alâ – سبحان ربي الأعلى)

Il écarte en cours de prosternation les cuisses du ventre et les bras des aisselles (sauf s’il y a foule pour ne pas gêner ses voisins). Il dirige les doigs de ses mains et de ses pieds (fig 5A) en direction de la qibla. La femme se ramasse sur elle-même, en collant le ventre aux cuisses (fig 5).

Il faut ensuite s’asseoir entre les 2 prosternations en marquant un temps d’arrêt les mains posées sur les cuisses (fig 6) puis le fidèle prononce un takbir en se prosternant une seconde fois sans précipitation (fig 7) et en disant 3 fois en prosternation : « Gloire à mon seigneur le Très-Haut » (Soubhana Rabbi al 3Alâ – سبحان ربي الأعلى) en écartant les cuisses du ventre et les bras des aisselles, puis il relèvera la tête.

La 2ème rak’a est identique à la première (sauf que l’on ne répète pas l’invocation qui introduit la prière, ni la formule où l’on demande d’être préservé contre satan)

Lorsque le fidèle a accompli les 2 prosternations de la 2ème rak’a, il couche son pied gauche sous son siège et s’assoit dessus et il met son pied droit debout , les orteils en direction de la quibla (fig 8a). Puis, il pose les mains sur les cuisses, en tenant ses doigts (la femme se déhanche – tawarruk) en s’asseyant.

Il faut ensuite lire l’attestation de foi en pointant l’index (fig 9)que le fidèle lève lors de la négation et abaisse lors de la confirmation (transmise par ibn mas’ûd – que Dieu soit satisfait de lui) : « Les salutations reviennent à Dieu ainsi que les prières et toutes choses agréables, que la paix soit sur toi, ô Prophète, ainsi que la Miséricorde et les Bénédicitions de Dieu. Que le salut et la paix soient sur nous ainsi que sur tous les vertueux serviteurs de Dieu. J’atteste qu’il n’est d’autre dieu que dieu, Seul et sans associé et j’atteste que Muhammad est le serviteur et l’Envoyé de dieu » (At-Tahiyyâtou Lilâhi was-Sâlawâtou wat-Tayyibâtou, as-Salâmou ‘alayka Ayyouhan-Nabiyyou wa Rahtmatou-Lâhi wa Barakâtouhou, as- Salâmou ‘Alayna wa ‘ala ‘lbâdillâh is-Salihina, Ash-hadou an laa ILâha Illa-llâhou wa ash-Hadou anna Muhammadan ‘Abdouhou wa Rassoullouh – التحيات لله والصلوات والطيبات، السلام عليك أيها النبي ورحمة الله وبركاته، السلام علينا و على عباد الله الصالحين، أشهد أن لا إله إلا الله، وأشهد أن محمدا عبده و رسوله)

Pour la dernière rak’at, il faut réciter les salutations sur le prophète : Ô Allah, répands tes bénédiction sur Muhammad et sur la famille de Muhammad, Comme Tu l’as fait pour Ibrâhim et la famille d’Ibrâhim, Certes tu es Louable et Glorieux. Ô Allah, bénis Muhammad et la famille de Muhammad, Comme Tu as bénis Ibrâhim et la famille d’Ibrâhim, parmi les habitants de l’univers, Certes Tu es Louable et Glorieux. (Allouhoumma Salli 3ala Mouhammadin wa 3ala Alî Mouhammadin, kama sallayta 3ala Ibrâhima wa ‘ala Alî Ibrâhima, Wa Bârik 3ala Mouhammadin wa 3ala Âli Mouhammadin,
kama Bârakta 3ala Ibrâhîma wa Âli Ibrâhima, fil 3lamin Innaka Hamidoun Majid
 – )

Enfin, il termine par saluer à droite (fig 10) et à gauche (fig 11) en disant (avec l’intention de saluer ceux qui nous entourent ) en disant : « la paix soit sur vous ainsi que la miséricorde de Dieu » (As-Salâmou 3Alaykoum wa Rahmatoullâh – السلام عليكم و رحمة الله).